Avertir le modérateur

05/12/2011

L'arrivée en forêt

Hier, pendant que j’étais à la résidence présidentielle, l’hélico a posé l’équipe «dans la verte». Ils nous raconterons qu’à leur arrivée de robinson, il n’y avait personne pour les accueillir, ni nourriture, ni gaz comme prévu. Seuls au monde, ils ne sont pas du genre à s’effrayer. Yannick a crocheté une fenêtre, ils ont trouvé du cassoulet qu’ils ont fait cuire au feu de bois.

Le lendemain avec Jake, Gérard et les stocks de nourriture, nous volons plus d’une heure au-dessus de l’océan forestier, milles choses me passent par la tête, heureux de repartir en forêt, inquiet pour ce film difficile à venir. Impatient d’y être, Jake mitraille, et essaie tous ces flashes.

On atterri à 30 minutes de marche de l’arrivée. Portage lourd du reste du matos, installation sommaire dans un camp qui a dû être superbe du temps où il fonctionnait comme station scientifique. Aujourd’hui, on sent la forêt en train de reprendre le dessus, tout est pourri. On cherche ironiquement l’accès internet prévu. C’est le bordel, on est un peu sonné, Yannick enrage de ne rien trouver. Eric s’acharne sur la valise satellite, c’est passablement inquiétant ici de ne pas pouvoir donner de nouvelles, sans parler du transfert des données.

Deux gardes, James et Constant, arrivent finalement en quad. Direction le baï de Langoué. Une heure de marche en colonne. On commence à chercher des moabi et on découvre l’odeur d’un gorille fraichement passé.

Le baï est magnifique, au loin une douzaine d’éléphants se baignent avec leurs petits, cet animal dégage une impression de calme impressionnante. On reste deux heures, dur de s’arracher. Il y a aussi trois buffles, des antilopes et un aigle pêcheur noir et blanc.

Difficile de filmer d’ici, quel arbre équiper pour être près des éléphants, le grand émergent que l’on voit au-dessus de la colline? Ben dit que c’est plus de deux jours de boulot d’équipement, plus un très gros et long portage du matos de prise de vue.

On rentre tard, on se perd à moitié, frissons, James nous a fait faire un grand détour. On arrive à la nuit. L’équipe est très fatiguée, même Ben, Cédric et Yannick, les hommes en forme de la bande. Ils essayent de faire marcher la station téléphone, ils n’y arriveront que tard le soir, il fallait appuyer sur #… La cuisine et la vaisselle dans ce contexte de fatigue et de matos en vrac est une vraie corvée. Yannick-la-bidouille nous trouve une ampoule pour éclairer le grand carbet-séjour. On entrevoit pour la première fois sa valise magique, d’où sont déjà sortis une résistance pour chauffer l’eau, du fil électrique, un GPS haut de gamme …

L’équipe se regroupe, stressée par l’immensité de la tâche qui nous attend. Par où commencer ? Tout demande un temps fou, rien n’est évident à voir dans cette forêt. Nous sommes minuscules et trop lents dans cette immensité qui nous montre que bien peu.

Demain sera un autre jour, dormir.

Luc Jacquet

 

_EFO5296.jpg

© Jake Bryant / envirofoto.com

Publié dans Blog , Film , Luc Jacquet , Photos | Commentaires (1) | Écrit par audrey |  Facebook |

01/12/2011

Vers la forêt

Après un briefing complet de toute l'équipe ce matin sur les objectifs de ce repérage (voir, sentir, comprendre, évaluer, essayer), une partie de l'équipe s'est envolée cet après-midi  avec le matériel pour installer le camp sur le site de tournage. Pendant ce temps, Luc était reçu par le chef de l'état Ali Bongo qui  a réservé un très bon accueil à notre projet de film et nous a offert son soutien logistique. Nous commençons cette fois pour de bon, les prochaines nouvelles viendront de la forêt.

 Luc Jacquet

 

onboard.jpg

© Jake Bryant / envirofoto.com

Publié dans Blog , Film , Luc Jacquet | Commentaires (3) | Écrit par audrey |  Facebook |

29/11/2011

Allez voir...

Il est temps pour nous d’aller voir. Le grand saut! Premier geste concret de tous les films du monde, quand on passe (enfin!, dira le réalisateur) de la virtualité des imaginations à la réalité du terrain. Des milliards de possibles commencent à converger à travers le goulot d’étranglement du faisable. Etrange sablier, tous les grains ne pourrons pas passer, loin de là.

A la fin du tournage puis du montage puis du mixage il n’y aura qu’un tout petit peu de poussière au fond du récipient de verre, pourtant tout sera dit, c’est la magie d’un film quand il est réussi. Et là, la nature s’en mêle, il va falloir composer avec ce qu’elle nous donne, ce que l’on va être capable d’en capter, de comprendre: la forêt nous attend-elle?

Publié dans Blog , Film , Luc Jacquet | Commentaires (0) | Écrit par audrey |  Facebook |

Destination le Baï de Langoué

Jusqu’en 2000, le site que  nous allons aller repérer ne figurait pas sur les cartes. Le  Baï  de Langoué (Baï: mot pygmée signifiant clairière) fut découvert part l’explorateur Mike Fay lors de son incroyable Megatransect. Nous serons au cœur du cœur de la forêt.

Pour y aller, si tout va bien: on prend le train (7 heure de voyage ) de Libreville jusqu’à la gare d’Ivindo, gare ouverte jadis pour les forestiers sur ce site qui est désormais parc National (aucun accès par route). Ensuite une petite piste a été ouverte sur quelques kilomètres par l’agence national des parcs nationaux du Gabon. Deux heures de quad estime Cédric. Ensuite au bout de la piste, deux heures de portage jusqu’au Baï, où il y a un camp scientifique en bordure de Clairière. On a plus d’une tonne de matériel à acheminer…

A suivre...

LJ

 

 

PHOTO1 IMG_6154.JPG

© Jake Bryant / envirofoto.com

Publié dans Blog , Film , Luc Jacquet , Photos , Voyage | Commentaires (0) | Écrit par audrey |  Facebook |

Vingt minutes

Ça représente quoi vingt minutes dans la vie d’un arbre, une de nos nano-seconde? Je vois des hommes et des femmes qui s’engouffrent dans le métro, prenant le journal à la volée, une pile de journaux qui baisse à vue d’oeil. Vingt minutes, le temps d’un trajet pour aller au travail à toute vitesse, le temps de tout savoir du monde. Vingt minutes, une heure du temps où j’étais enfant.

Nous vous proposons d’arrêter un peu le temps en nous retrouvant tous les jours en forêt équatoriale pour partager avec l’équipe de Wild-touch autour du botaniste Francis Hallé notre grande aventure parmi les arbres. Nous voulons raconter la forêt dans un grand film de cinéma qui sortira si tout va bien en mai 2013.

Pourquoi raconter la forêt ? Pas pour tirer le signal d’alarme, tout le monde l’a déjà entendu, mais pour vivre un instant de prodige et d’émotion  dans les dernières grandes forêts primaires tropicales du monde. Plutôt que de dire «protégez la forêt», nous préférons vous la faire découvrir comme jamais, dans le point de vue des arbres en faisant le pari qu’à votre tour, vous serez gagnés par le génie végétal. Venez on vous embarque, vous n’avez pas  raté le début, le repérage du film commence mardi, au cœur du Gabon, plus on sera de fous, plus on sera heureux!

Luc Jacquet

Publié dans Blog , Film , Luc Jacquet | Commentaires (0) | Écrit par audrey |  Facebook |

25/11/2011

Luc Jacquet présente son prochain film

| Commentaires (0) | Écrit par audrey |  Facebook |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu