Avertir le modérateur

08/12/2011

Jour 5 - Le 5 décembre

C’est mon anniversaire, j’ai 44 ans aujourd’hui, un regard au lever du jour par dessus la forêt sur vingt ans de voyages et de films, d’aventures familiales. Je me souviens de mes 25 ans en fin d’hivernage en Terre Adélie, ce jour-là, j’ai arrêté de vieillir…

Repérage de la forêt avec Francis, les arbres par sa bouche se mettent à raconter des histoires.

Il a repéré un dragonnier. Il nous montre des plans d’ébène, très peu sont noirs, seuls le sont ceux contaminés par un champignon, un arbuste de la famille des caféiers, le strychnos, cette liane qui contient la strychnine de sinistre réputation, l’okoumé cette richesse du Gabon, héros des magasins de bricolages sous forme de contre-plaqué. Au pied de l’okoumé, une résine parfumée suinte, entêtante, de la famille des myrrhes et de l’encens. Je m’en poisse les doigts, envouté par cette odeur de térébenthine et de pin. Voyager en forêt avec Francis c’est traverser un monde d’odeurs, sans cesse des feuilles froissées portées aux narines.

On rejoint l’équipe caméra, ils sont assaillis par les abeilles, tout est installé, mais la tête télécommandée ne marche pas. Ben se bat. Je continue le repérage avec Francis, un sifflement, on nous rappelle, ça marche. Premier mouvement ascendant de la caméra le long d’un figuier étrangleur de 35m. Je suis ému. «Bon anniversaire», me dit Ben.

Pour l’heure, l’ascension de la caméra se fait par traction manuelle, l’idée est de voir «l’effet que ça fait» selon la position caméra le long du tronc. Tout le monde se relaie à la poulie, ce petit jeu est épuisant. Côté image, on essuie les plâtres, question stabilité, mouvement. Ben prend des notes, imagine des perfectionnements, comme chaque fois on ajuste les outils qui vont nous permettre de réaliser ce prototype unique qu’est un film.

Avec ce plan on tire le premier fil du film, l’histoire du figuier étrangleur. Déposé dans une crotte d’oiseau à la cime de l’arbre support, la graine de figuier va germer en l’air puis  envoyer ses racines vers le sol. Chaque fois que deux racines se touchent, elles se soudent aussitôt, créant petit à petit un carcan qui va étouffer l’arbre support. C’est très impressionnant dans cette forêt car les arbres supports sont très gros, ça évoque un combat à mort où deux géants se tiennent par la gorge. Ici l’issue est toujours fatale pour l’arbre support. Nous avons repéré plusieurs de ces duels à plusieurs endroits de la forêt, à des stades plus ou moins avancés.

Luc Jacquet

_EFO5501.jpg

© Jake Bryant / envirofoto.com

Publié dans Blog , Film , Francis Hallé , Luc Jacquet , Photos | Commentaires (1) | Écrit par audrey |  Facebook |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu