Avertir le modérateur

08/12/2011

Jour 6

Nous partons au lever du jour chercher le héros du film, le moabi, le plus grand arbre d’Afrique. Une patrouille nous en a signalé un, à un peu près un kilomètre du camp. Pour la première fois nous voyons le soleil se lever, en général les matins sont très brumeux. Marcher en forêt à cette heure est un délice d’odeur et de chants d’oiseaux. Pas simple de trouver un arbre précis dans cette forêt! Toussain, notre guide, fouille le sous-bois près du point qu’on lui a signalé. En chemin des traces d’éléphants énormes, la piste d’un léopard, des cris de chimpanzés dans le lointain. Toussain sort du bois, sans un mot, on est suspendus à ses lèvres…il l’a trouvé, il est magnifique. Nous peinons à le suivre parmi les troncs couchés, les lianes. Nous croisons une ruche sauvage dans un tronc, un point GPS de plus, revenir ici filmer.

Le Moabi est là devant nous, le plus grand arbre d’Afrique. Je suis touché par sa puissance, un nom, des discussions cet été avec Francis dans son bureau, des images de livres deviennent réalité. Il  a des traces d’éléphants tout autour, de l’écorce frottée où des traces de boue subsistent. Au sol, déjà quelques fruits, pas encore mûrs, de grosses prunes à la chair jaune qui sentent la brioche. Francis remonte les racines qui courent au ras du sol. Toussain nous dit que les grands animaux (gorilles, éléphants) ont une véritable carte mentale des arbres et des dates de fructifications. Ils passent de l’un à l’autre comme un paysan qui surveille son verger.

Le fût est très imposant, une colonne parfaite profondément striée par une écorce épaisse qui crée un effet de perspective magistral. Dans les jumelles, le feuillage en étoile dessine des motifs de paravents dans le bleu du ciel, là-haut dans la canopée.

Nous allons transférer tout notre matériel ici. Francis a pour mission de trouver des jeunes pousses alentour. Nous tenons le deuxième fil du film, le plus important, celui qui va nous donner le tempo. Deux kilomètres de portage nous attendent maintenant, puis de l’installation de cordes -l’araignée sur son fil-, les premières images ne seront possible que demain dans la journée.  Nous ne sommes vraiment pas grand-chose à l’échelle du pays des arbres.

Luc Jacquet

_EFO5510.jpg

© Jake Bryant / envirofoto.com

Le moabi

Nous quittons le camp de Langoué à 7 heures du matin; le GPS se révèle inefficace et Toussaint ne trouve pas la bonne piste. Il nous faudra trois heures, et un autre guide, avant de voir le Moabi. Nous le cherchions depuis notre arrivée sur le camp.

Il est impossible de le confondre avec un autre arbre: il est unique par son énorme tronc cylindrique sans contreforts, son écorce noire profondément anfractueuse, ses longues branches horizontales et ses feuilles disposées en étoiles. Surtout, il est unique par sa beauté et son incomparable majesté qui fait de lui un véritable monument.

Baillonella toxisperma – c’est son nom scientifique – est de très loin le plus grand arbre d’Afrique; il atteint 70 mètres, plus haut que les tours de Notre Dame de Paris. Le Moabi a été exploité depuis l’époque coloniale, pour son magnifique bois rose aux reflets mordorés, au mépris des traditions africaines; car en Afrique Centrale cet arbre est activement recherché pour ses fruits dont la pulpe jaune rappelle celle de l’avocat, et plus encore pour l’huile que l’on retire de ses graines. La compétition est rude avec les éléphants, qui apprécient ces fruits autant que l’être humain. Les pygmées Baka vouent à cet arbre une sorte de culte: ils l’utilisent pour se rendre invisibles! Victoire: au début des années 2000, le Gabon interdit l’abattage des Moabis.

Vivement demain: nous montons sur notre Moabi.

Francis Hallé

IMG_6262.jpg© Jake Bryant / envirofoto.com

                                                           

Publié dans Blog , Film , Francis Hallé , Luc Jacquet , Photos | Commentaires (1) | Écrit par audrey |  Facebook |

Commentaires

Je découvre ce blog aujourd'hui avec un vrai plaisir et je vais vous suivre de près ces prochaines semaines. Il est toujours intéressant de découvrir comment l'équipe va s'adapter à son nouvel environnement (pas le plus moche !) pour capter des moments magiques et tourner de magnifiques images. Je vous souhaite le meilleur des courages et même si vous rencontrez des instants pénibles, dites-vous que nous sommes très nombreux, derrière nos écrans, à nous évader un peu grâce à vos efforts. Vivement la sortie du film et bon anniversaire à Luc Jacquet.

Écrit par : Olivier33 | 11/12/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu