Avertir le modérateur

Luc Jacquet

Luc Jacquet

Depuis toujours fasciné par la nature, ses études du comportement animal et de l’écologie lui ont apporté une rigueur scientifique et une culture naturaliste qui se sont avérées complémentaires à la dimension créatrice nécessaire à la réalisation cinématographique.



Luc Jacquet découvre l’Antarctique à 24 ans, lors d’un voyage d’étude du CNRS en ornitho-écologie à la base polaire Dumont d’Urville. Il y séjournera 14 mois, au cours desquels les paysages du grand Sud lui révèlent son intérêt pour l’image et le poussent à démarrer sa carrière de cinéaste, comme cameraman de documentaires animaliers dans un premier temps. Il passe rapidement à la réalisation pour la télévision avec, entre autres, Le Printemps des phoques de Weddell (1996), La part de l’ogre (1999), Une plage et trop de manchots (2000) et La Tique et l’oiseau (2001), qui remportent tous de nombreux prix.

De ses voyages autour du sixième continent, il rapporte l’idée de son premier long-métrage, La marche de l’empereur (2005), l’épopée de manchots empereurs devant surmonter le froid et l’immensité pour donner la vie. L’oeuvre, qui connaît un immense succès, est distinguée par l’oscar du meilleur film documentaire. Luc Jacquet cherche désormais à s’engager davantage en faveur de la préservation de l’environnement. En 2010, il lance l’ONG Wild-Touch – un lien entre l’homme et la nature, destinée à soutenir des programmes de conservation de la nature par des films et des évènements.

Francis Hallé

Francis Hallé
Botaniste et biologiste, Francis Hallé est spécialiste de l’architecture des arbres et de l’écologie des forêts tropicales. Ses connaissances ne l’ont pourtant jamais empêché de continuer à contempler la beauté du règne végétal et à s’émerveiller de son ingéniosité. Sa passion l’a mené jusqu’aux tropiques, où au cours de ses nombreux voyages il a regardé vivre les arbres et les hommes, et s’est posé des questions décisives sur ce qu’il a appelé « la condition tropicale ».


Enseignant et chercheur émérite, il a notamment dirigé les missions scientifiques du Radeau des Cimes sur les canopées tropicales de 1986 à 2003 : ne plus se contenter d’interroger du regard la cime des arbres, mais percer leurs mystères biologiques en séjournant à plusieurs dizaines de mètres du sol, pour découvrir l’inconnu végétal. Il reconnaît volontiers que les arbres sont loin d’avoir tout révélé de leur biologie aux observateurs, même aux plus attentifs.

Loin de tenir un discours technocratique, Francis Hallé sait intéresser son public à la science des arbres, aux structures florales ou encore à l’architecture des plantes vasculaires. Il est l’auteur de nombreuses publications dont Eloge de la plante (1999), Plaidoyer pour l’Arbre (2005) et La Condition tropicale (2010).

Indigné par le fait que l’industrie du bois privilégie le profit immédiat en détruisant ces forêts qui abritent l’essentiel de la biodiversité de notre planète, il s’attache désormais à dénoncer la destruction des dernières forêts tropicales primaires, dont les pays industrialisés sont les principaux responsables.

Il souhaite depuis vingt ans réaliser un grand film sur ces forêts qui lui tiennent tant à coeur, et dont il prédit la disparition sous dix ans.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu